Philosophy of Osteopathy de Andrew Taylor Still

Le deuxième livre publié par A.T. Still rassemble les principes fondamentaux de l’ostéopathie, écrits sur plusieurs années et rassemblés dans un volume. Malgré l’insistance de ses amis, Still n'est pas sûr que le moment soit venu de divulguer sa science, encore à ses balbutiements.

Editeur: Kirksville, MO: Publié par l’auteur.
Réédité en 1946 par l’Academy of Applied Osteopathy: Edwards Brothers, Inc. Ann Arbor, Michigan (USA)

Année de publication: 1899. En 1946 l’ouvrage est réédité avec la permission  de Blanche Still, la fille de A.T. Still, avec une préface du Comité pour les publications de l’Academy of Applied Osteopathy, datée du 15 janvier 1946.

Nombre de pages: 289

 

 

 

Dans la préface le dr. Still affirme avoir décidé d’écrire pour donner des informations correctes aux étudiants et aux personnes intéressées par l’ostéopathie. Il prétend avoir des opinions divergentes de la profession médicale « sur presque toutes les questions importantes » et pour cette raison aucun travail médical n’est mentionné dans le livre.

Le but du volume est d’énoncer les principes de l’ostéopathie et de promouvoir la compréhension, et non de décrire ses techniques ou définir des règles. Il contient des idées développées sur plusieurs années, que l’auteur affirme avoir scrupuleusement vérifiées et organisées dans un traité qui pourrait servir de guide pour l’avenir.

Le livre contient 22 chapitres. Dans ce qui suit, les citations des pages se réfèrent à l’édition originale anglaise.

Dans les deux premiers chapitres, Still rappelle qu’il développe l’ostéopathie après avoir constaté que les remèdes de médecine orthodoxe ne fonctionnent pas, et souligne que l’étude de l’anatomie, qui comprend également la physiologie (p.18) est le fondement de la connaissance pour un ostéopathe.

Ce dernier n’agit pas au hasard mais selon le raisonnement, recherchant tout d’abord la « perfection physiologique de la forme par l’ajustement de la structure osseuse, afin que les artères puissent fournir du sang pour nourrir et construire toutes les parties » (p.27).

Dr. Still souligne également que l’homme est constitué d’un corps matériel, d’un être spirituel et d’une entité mentale bien supérieure à tous les mouvements vitaux et formes matérielles, chargée de « gérer avec sagesse ce grand moteur de la vie » (p. 26). La phrase « Trouver la santé devrait être l’objectif du médecin. N’importe qui peut trouver la maladie », citée très souvent et également présente dans d’autres sources, est à la page 28.

Still poursuit en décrivant la méthode qu’il développe pour détecter les écarts par rapport à la norme, divisant mentalement le corps en trois parties: la poitrine, les membres supérieurs et les membres inférieurs. À la première partie appartiennent la tête, le cou, la poitrine, l’abdomen et le bassin. À la seconde la tête, le cou, le bras, l’avant-bras et la main. À la troisième le pied, la jambe, la cuisse, le bassin et les vertèbres lombaires. De l’ellipse qui entoure le thorax viennent toutes les contributions vitales, et de ce centre ne partent que deux autres branches, celle des bras et celle des jambes.

Still décrit, par exemple, comment rechercher la cause de la douleur au pied (p.30-32). L’ostéopathe doit accorder une grande attention aux voies nerveuses et à l’apport sanguin. « Son esprit doit examiner l’os, le ligament, le muscle, le fascia, les canaux par lesquels le sang circule du cœur à sa destination, ainsi que l’appareil lymphatique et son contenu » et, si le mystère demeure, « il est frappé par la pensée que le liquide céphalorachidien est l’élément le plus noble connu dans le corps humain ». Si le cerveau ne fournit pas ce liquide en abondance, la santé en souffrira : « quiconque est capable de raisonner comprendra qu’il est nécessaire de puiser dans ce grand fleuve vital pour irriguer immédiatement le champ asséché, sinon la récolte de la santé sera perdue à jamais » (p.39).

Aux pages 39-41, Still explique l’importance de connaître la chimie pour comprendre les mécanismes de fonctionnement du corps, puis conclut les chapitres introductifs en répétant une fois de plus les modalités sous-jacentes au raisonnement d’un ostéopathe, en donnant dans ce cas l’exemple d’une douleur au bras.
Les chapitres trois au douzième sont consacrés à des sujets particuliers tels que la tête, les maladies pulmonaires, le système lymphatique, le diaphragme, les organes viscéraux, le sang, le fascia, les fièvres et plus encore.

Le treizième chapitre contient quelques réflexions sur ce qu’est la vie et une série de questions auxquelles tout ostéopathe devrait réfléchir. Dans le quatorzième Still déplore que la race humaine en soit venue à produire peu de penseurs originaux.

Le quinzième chapitre, que Still définit comme le plus important du livre, est à nouveau consacré au raisonnement ostéopathique. Il décrit toujours ce qu’est la moelle épinière et comment traiter la colonne vertébrale, en soulignant la grande responsabilité de l’ostéopathe qui s’approche d’une personne vivante. Il mentionne l’importance d’un drainage parfait et de l’harmonie des cinq types de nerfs (sensible, moteur, nutritif, volontaire et involontaire).

Dans le seizième chapitre, Still offre un raisonnement supplémentaire pour trouver la cause des maladies, en particulier en considérant certains sujets spécifiques: l’annexe et la pertinence de la chirurgie; le diaphragme et les conséquences de son dysfonctionnement; la symptomatologie et son inutilité relative.

Le dix-septième chapitre porte sur l’obstétrique. Still souligne que la première obligation de l’obstétricien est d’examiner les os du bassin et de la colonne vertébrale de la mère pour s’assurer que tout est normal. Dans le cas contraire, il doit informer le patient des risques et éventuellement refuser de suivre le dossier. Les pages 240-249 évoquent quelques instructions pratiques pour éviter les lacérations pendant l’accouchement, pour la ligature du cordon ombilical, l’expulsion placentaire, la mammite, les premiers soins pour la mère et le bébé.

Après le dix-huitième chapitre consacré aux convulsions, Still offre quelques considérations finales dans le dix-neuvième. Tous les médecins de l’histoire essayent de guérir les malades mais échouent en raison de l’absence d’un système philosophique: Still avance l’hypothèse que la chose la plus importante pour résoudre de nombreuses maladies est d’empêcher les impuretés de s’accumuler dans le système lymphatique, qui ne devrait jamais être surchargé (p.259-61).

Le vingtième chapitre, consacré au ganglion cervical supérieur et aux effets de l’inhibition ou de la stimulation des nerfs qui y sont connectés, est signé par le dr. William Smith.

 

Forces: une lecture absolument cruciale pour comprendre de la voix d’A.T. Still les raisonnement derrière la philosophie ostéopathique.

Faiblesses: le volume est écrit dans le style caractéristique de A.T. Still.

Dans l’édition de 1946 éditée par l’Academy of Applied Osteopathy, les signataires de la préface – A.R. Becker, K.E. Little, G.W. Northup, R.W. Rice, C.K. Smith et T.L. Northup (président) – soulignent l’importance du travail de Still, fournissant quelques informations et suggérant d’autres lectures pour le mettre en perspective.

Ils notent qu’à l’époque où Still énonce la théorie de l’immunité naturelle, Lister développe les premières méthodes d’antisepsie et Koch identifie les organismes responsables de maladies telles que la tuberculose, la typhoïde, le tétanos et la diphtérie.

Ils poursuivent en déclarant que beaucoup d’autres idées de Still sont reflétées dans l’évolution de la médecine, citant de nombreux travaux à l’appui de cette thèse.

Traduction du titre en français : Philosophie de l’ostéopathie 

L’oeuvre est disponible en français : A.T. Still (traduit par Pierre Tricot) – Philosophie de l’ostéopathie. Éditions Sully, 2003.

Vous êtes ostéopathe?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Ecole ou organisme de formation?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Vous souhaitez devenir ostéopathe? Êtes-vous étudiant?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Livres d'ostéopathie historiques

Osteopathy Research and Practice de Andrew Taylor Still

Le quatrième livre de A.T. Still, écrit à l'âge de 82 ans, énonce les principes et les manœuvres pratiques de l'ostéopathie en référence à chaque pathologie, sous-divisées par zone corporelle.

Lire

History of Osteopathy and Twentieth-Century Medical Practice de Emmons Rutledge Booth

Un jalon dans l'histoire de l'ostéopathie: l'auteur, inscrit à l'ASO de Kirksville en 1898 et diplômé en 1900, connaît personnellement A.T. Still.

Lire

Autobiography of Andrew Taylor Still with a History of the Discovery and Development of the Science of Osteopathy de A. T. Still

Un texte fondamental pour commencer à connaître le fondateur de l'ostéopathie et comprendre le contexte culturel et les évènements historiques dans lesquels se déroule sa vie.

Lire

Primitive Physick: or, an Easy and Natural Method of Curing most Diseases de John Wesley

Oeuvre fondamentale pour les méthodistes que le père de Still connaît certainement et possède probablement - sans compter les remèdes, le livre contient une préface qui dispense de conseils pour une vie saine.

Lire

The Old Doctor de Leon Elwin Page

Un petit ouvrage dédié à l'histoire de Andrew Taylor Still et à la naissance et développement de l'idée de l'ostéopathie.

Lire

The Cure of Disease by Osteopathy, Hydropathy and Hygiene A Book for the People de Ferdinand L. Matthay

Un court volume destiné au grand public qui dispense des conseils pour la santé et illustre certaines techniques ostéopathiques.

Lire

Osteopathy; the New Science de William Livingston Harlan

L'ouvrage recueille et commente une série d'articles liés à la nouvelle science de l'ostéopathie, en soulignant ses aspects légaux, historiques et théoriques.

Lire

A Manual of Osteopathy – with the Application of Physical Culture, Baths and Diet de Eduard W Goetz

Ouvrage très schématique qui propose de diffuser à tous les modalités d'application de l'ostéopathie, même s'ils ne possèdent pas de formation dans le domaine médical.

Lire

Osteopathy Illustrated: a Drugless System of Healing de Andrew Paxton Davis

Un volume dense et approfondi, écrit par un médecin qui partie au premier cours de l'ASO et tente ensuite d'intégrer l'ostéopathie dans d'autres système de soin comme la chiropraxie et la neuropathie.

Lire