Les missions méthodistes au Kansas

Dès la fin de 1830, la MEC envoie le révérend Thomas Johnson dans le Kansas pour établir une mission pour les indiens Shawnee dans ce territoire. L’année suivante est créée la mission des baptistes et en 1837 celle des quackers. En principe, les trois dénominations poursuivent le même objectif mais entrent très vite en compétition pour s’accaparer les âmes à convertir. Thomas Johnson possède d’excellentes capacités administratives, un grand sens des affaires et une ambition remarquable. Il fonde et dirige une école avec des activités d’artisanat annexes, la Shawnee Manual Labor School en obtenant l’approbation de la commission méthodiste en 1838, en s’assurant ensuite le soutien du commissaire pour les affaires indiennes et en convainquant les chefs Shawnee de la nécessité d’une telle institution. L’école occupe environ deux-mille hectares, situés à un demi-mile à l’ouest de la frontière avec le Missouri le long de la piste de Santa Fe. Avec ses trois grands bâtiments en brique servant d’écoles/dortoirs et de nombreuses autres installations et ateliers, la Shawnee Manual Labor School regroupe une centaine d’étudiants, dépassant de loin les autres missions.
Johnson se procure certains esclaves et les introduit au Kansas probablement dès 1832, comme d’ailleurs l’agent local indien entre 1832 et 1837. A la suite du processus d’acculturation, il s’avère que certains des Shawnees les plus riches – souvent métis – suivent leur exemple en entrant en possession d’esclaves. La présence d’esclaves, qui est définie en 1840 par la mission comme une « solution temporaire justifiée par des circonstances particulières » devient une source de controverses au sein des méthodistes. Après le schisme de 1844 et la mise en oeuvre d’un plan initial de séparation, les méthodistes du Nord perdent la juridiction sur toutes les missions du Kansas (Abing 2001).

D’un point de vue politique la mission de Johnson semble bien protégée, à tel point qu’un rapport fait par les quakers en 1847 pour faire connaître la présence d’esclaves dans le territoire de Kansas, contrairement au Compromis du Missouri, reste lettre morte. Cela n’empêche pas le débat de s’étendre jusqu’aux Shawnees où se formeront deux factions : un groupe progressiste qui veut s’intégrer aux blancs et qui soutient la mission de Johnson et s’oppose à un groupe plus traditionaliste avec des idées anti-esclavagistes. La tension atteint des niveaux de rupture, d’autant plus qu’une partie des Shawnees décide de se réunir avec les gangs qui se sont installés en Oklahoma, et d’autres retirent leurs enfants de l’école de la mission.

Jusque-là les indiens ont été fidèles aux lois exigeant de rendre à leurs propriétaires légitimes les esclaves fugitifs arrivant au Kansas et au Nebraska, mais en 1849, l’agent des indiens exprime son inquiétude, car certains indiens abolitionnistes ont plutôt commencé à les aider à atteindre la liberté (Abing 2001).
En 1849 la MEC du Nord, après avoir répudié le projet de partage des territoires entre les méthodistes du Nord et du Sud, décide d’être également présente au Kansas et y envoie Thomas Markham comme missionnaire chez les Shawnee.  Sa présence n’est pas bien acceptée par les méthodistes du Sud, qui en mars 1850 poussent l’agent indien à leur interdire de prêcher. Quand en 1851 l’Église du Nord se réunit à St. Louis on parle de la lettre signée par différents indiens Shawnees dont Pascal Fish, chef de la tribu homonyme, dans laquelle on demande un missionnaire pour les indiens anti-esclavagistes. Le dr. Abram Still se dit en faveur du projet et est nommé directeur des missions indiennes. En 1851, il part pour construire la mission Wakarusa avec l’aide de Pascal Fish et déménage avec sa famille en mars 1852 en fondant une petite école (Lewis 2012).

La mission dure cependant peu de temps : bien que depuis des années bon nombre de tribus indiennes coexistent pacifiquement avec les blancs le long des frontières du Missouri, elles se trouvent maintenant écrasées par les ambitions expansionnistes des colons et impliquées dans le débat sur l’esclavage. Les Shawnees sont divisés : il y a d’un côté une majorité qui adhère encore aux valeurs traditionnelles et de l’autre une minorité divisée en groupes chrétiens quakers, baptistes, méthodistes du Nord et méthodistes du Sud. Le 10 mai 1854 les Shawnees signent un traité à Washington en cédant 1,4 millions d’hectares de leurs terres et en gardant pour eux deux-cent-mille hectares. La mission des méthodistes du Sud obtient pour l’école dix mille dollars répartis sur dix ans en plus d’une partie des terres (Trowbridge 1991), mais rien n’est destiné aux méthodistes du Nord et bien peu aux autres confessions. Les protestations et les supplications pour une répartition plus équitable sont vaines (Abing 2001). La mission Wakarusa se situe sur les terres appartenant à Pascal Fish, qui permet au dr. Abram Still de rester dans le bâtiment pour l’hiver suivant. Il est possiblement celui qui lui paye huit cents dollars (non dus) pour la propriété (Trow bridge 1991).

L’approbation du Kansas-Nebraska Act le 30 mai 1854 cause une invasion des territoires par les blancs qui d’une part partagent l’objectif de s’approprier les terres et, d’autre part, se divisent en deux factions – chacune désireuse d’obtenir la majorité aux élections décidant si le Kansas serait un état esclavagiste ou libre. Dans le Nord la mission des méthodistes du Sud est présentée comme un avant-poste favorable à l’esclavage et les visées politiques de Thomas Johnson se confirment quand il parvient à se faire élire dans la première législature controversée et adopter des lois strictes pour protéger l’esclavage (Abing 2001).

Vous êtes ostéopathe?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Ecole ou organisme de formation?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Vous souhaitez devenir ostéopathe? Êtes-vous étudiant?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Les Méthodistes et la question de l'esclavage

Lire

La médecine dans la doctrine du méthodisme

Lire

La vie de John Wesley et le Méthodisme

Lire

Racines historiques de la doctrine du méthodisme

Lire