Racines historiques de la doctrine du méthodisme

D’un point de vue historique, certains auteurs relient le méthodisme à la pratique des premiers chrétiens qui, après la conversion, devaient se créer un habitus ou une vision implicite du monde à travers la discipline. A l’époque, la théologie cherchait à relier les rélfexions métaphysiques sur Dieu aux implications pastorales et salvifiques dans le but de normaliser la vie du chrétien au sein du monde. En ce sens, il y avait des catéchismes et lithurgies qui d’un côté étaient le fruit de rigoureuses réflexions théologiques et de l’autre devaient répondre aux questions simples des premiers fidèles concernant les rites à observer (Maddox 1988).
Dès le début du Moyen-âge, l’étude de la théologie devient une science fondamentalement spéculative, qui se poursuivra dans les universités ayant adopté le modèle aristotélicien. C’est ainsi qu’une grande partie de la théologie se consacre à la préparation des manuels pour la formation des ministres de culte et à examiner les questions du point de vue logique en se détachant de la vie humaine. Ladite théologie pratique (mystique ou spirituelle) est souvent isolée dans les couvents.
Au cours des siècles suivants, deux théologies distinctes émergent : une « théologie théorique » de type académique et une « théologie pratique » qui se charge de la morale. Il devient alors de plus en plus difficile pour les hommes de comprendre quelle est la relation entre ce en quoi ils croient et ce qu’ils font (Maddox 1988).
Même si le méthodisme de Wesley se rattache au modèle de la théologie pratique des premiers chrétiens, il serait réducteur d’omettre ses racines anglicanes profondes et la valeur attribuée aux croyances, à la liturgie et aux prières pour le développement spirituel (il écrit notamment le Service dominical pour les méthodistes de l’Amérique du Nord). La dimension théologique du méthodisme se manifeste aussi dans les études bibliques de Wesley (Wesley 1866), les textes des hymnes écrits avec le Frère Charles, les conférences périodiques avec les prédicateurs où il clarifie les questions théologiques ainsi que dans ses nombreux autres écrits.
Les sermons publiés sont très différents des prédications orales. Ces dernières délivrent en effet des messages essentiellement destinés au réveil du grand public tandis que les premiers visent l’éducation théologique des fidèles méthodistes et tiennent compte des répercussions de la doctrine spéculative sur la vie pratique des hommes (Maddox 1988)

Vous êtes ostéopathe?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Ecole ou organisme de formation?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Vous souhaitez devenir ostéopathe? Êtes-vous étudiant?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Les missions méthodistes au Kansas

Lire

Les Méthodistes et la question de l'esclavage

Lire

La médecine dans la doctrine du méthodisme

Lire

La vie de John Wesley et le Méthodisme

Lire