Robert P. Lennon, Huamei Dong, Aleksandra E. Zgierska, Theodore Demetriou, Jason Croad, Craig Livelsberger, Lisa Hodge, Megan Mendez-Miller, Anne Darby, David Rabago | Année 2022

Traitement ostéopathique adjuvant pour patient hospitalisés pour COVID-19 : étude de faisabilité avec témoins appariés

Pathologie:

Covid-19

Type d'étude:

Essai de faisabilité par analyse rétrospective

Date de publication de la recherche:

01-06-2022

Image

But de l'étude

  • Objectif : déterminer les effets du traitement manipulateur ostéopathique (OMT) sur détresse respiratoire chez patients hospitalisés recevant les soins pour contamination potentielle au Sars-Cov-2
  • Critères d’évaluation mesurés :
    •   Principaux : évaluation du taux d’acceptation de l’OMT, de satisfaction des patients via l’échelle Likert à 5 points, des effets secondaires et des évènements indésirables
    •  Secondaires : évaluation du changement de l’état clinique post-thérapeutique via rapport du patient obtenu par Clinical Global Impression Scale, du nombre de jours d’hospitalisation, du besoin d’oxygène à haut débit ou de CPAP/BiPAP durant l’hospitalisation, de l’admission en soins intensifs, du besoin en oxygène supplémentaire à la sortie et du type de sortie.

Intervenants

  • Nombre : 179 personnes (92 femmes et 87 hommes)
  • Critères d’inclusion : adultes (âge ≥ 18 ans), infection au Sars-Cov-2 (par test de laboratoire ou sur base des symptômes apparents), état de difficulté respiratoire (fatigue respiratoire majeure, hausse de la fréquence respiratoire, besoin en oxygène), hospitalisation entre le 5 mai 2020 et le 7 juin 2020
  • Groupes d’étude : 2 groupes obtenus par randomisation
    • Groupe 1 : OMT en plus des soins classiques, 27 personnes (16 femmes et 11 hommes, âge moyen 61,8 ans)
    • Groupe 2 : soins standards, 152 personnes (76 femmes et 76 hommes, âge moyen 62,3 ans)

Interventions et évaluations

  • Évaluation des données démographiques par dossiers cliniques : âge, sexe, éthnie, présence ou absence de comorbidité (diabète de type 2, maladie cardiovasculaire, maladie rénale chronique, maladie pulmonaire obstructive chronique, obésité, anémie falciforme ou états immunodépressif), température au moment de l’admission, fièvre (≥ 38°C), saturation en oxygène au moment de l’hospitalisation, présence de pneumonie relevée par rayons X, test pour relever le SARS-CoV-2 et, si possible, test en laboratoire (D-Dimère, alanine aminotransférase ou ALT, aspartate aminotransférase ou ASAT, protéine C réactive ou CRP, ferrite et procalcitonine) dans les 24 premières heures de l’hospitalisation.
  • Évaluation du taux d’acceptation de l’OMT, de la satisfaction des patients par échelle Likert à 5 points à partir de -2 (très insatisfait) à +2 (très satisfait), des effets secondaires et des évènements indésirables.
  • Évaluation du changement de l’état clinique post-thérapeutique via rapport du patient obtenu par Global improprement item de Clinical Global Impression Scale (échelle Likert à 7 points à partir de -3 soit bien pire, à +3 soit vraiment mieux), du nombre de jours d’hospitalisation, du besoin en oxygène à haut débit ou de CPAP/BiPAP pendant l’hospitalisation (oui/non), de l’admission en soins intensifs (oui/non), du besoin en oxygène supplémentaire à la sortie (oui/non) et du type de sortie (maison, structure de réhabilitation ou mort)
  • Collecte des commentaires des médecins en lien avec l’expérience des patients avec OMT
  • Si un patient est suivi par un médecin traitant spécialisé en ostéopathie, alors on propose l’OMT le premier jour de l’hospitalisation et tous les jours qui suivent
  • OMT : traitement de 5 minutes élaboré par panel consensuel en raison du manque de ressources disponibles
    • techniques utilisées (celles jugées plus à même d’être bénéfiques) : soulèvement thoracique,  traitement du diaphragme abdominal, techniques de drainage lymphatique thoracique et podalique
  • Soins standards : soins selon recommandations pour gestion du Covid-19
  • OMT réalisé par des médecins traitants formés en ostéopathie, selon protocoles de protection contre le Covid-19

Résultats

Critères d’évaluation principaux : on réalise en tout 52 séances d’OMT parmi lesquelles 2 personnes sur 27 refusent les traitements ultérieurs suite à la première séance et 2 qui arrêtent au bout de 5 séances d’OMT. Globalement, sur toutes les séances effectuées, l’OMT s’avère satisfaisante (4,33 sur 5) et utile dans l’amélioration de l’état de santé des patients (5,13 sur 7).
On relève comme effets secondaires 3 cas de douleur liées à certaines techniques ostéopathiques qui se résolvent spontanément (2 cas après le traitement du diaphragme et 1 cas après les techniques de drainage lymphatique thoracique).
On ne dénote pas d’effets adverses.

Critères d’évaluation secondaires : au départ, les personnes qui reçoivent l’OMT sont hospitalisées pour un temps moindre en comparaison avec les personnes s’étant contentées de suivre les soins standards (6,93 jours contre 8,63 jours, avec p-value de 0,053 et un size effect – la portée de l’effet de traitement – faible).
Des analyses plus approfondies nous montrent qu’à l’augmentation des comorbidités, l’OMT tend à favoriser un raccourcissement du temps hospitalisé.
On ne constate pas de différences en lien avec les admissions en soins intensifs, besoin d’oxygène ou type de sortie.

Analyses supplémentaires : le groupe OMT présente des niveaux d’ASAT et de ferritine plus faibles quant au groupe témoin.
Quant aux commentaires des médecins, il apparaît que l’OMT ait été bien accepté et les patients ont certainement bien toléré le traitement en raison du manque de traitements disponibles. Les patients ayant connu quelques effets secondaires ont également jugé l’OMT utile. Par ailleurs, les patients ont perçu l’OMT comme un moment de « trêve » au regard de l’environnement isolé et effrayant que constituait le reste de l’hôpital. Enfin, les médecins ont dit avoir pu fournir des traitements sans difficulté ; la structure a été satisfaite de pouvoir proposer l’OMT.

Commentaires

Les patients acceptent bien l’OMT qui les soulage notamment au regard de leur difficulté respiratoire. Bien qu’une analyse plus approfondie soit requise, l’OMT semble encourager une réduction du temps de séjour en hôpital.

De toute évidence, au vu du petit échantillon, les résultats doivent être considérés avec attention même s’ils sont encourageants pour de futures études – la nature rétrospective de l’analyse et donc l’impossibilité de contrôler une série de facteurs prêtant à confusion obligent.

En revanche, les résultats sont en adéquation avec les études précédentes ayant démontré une réelle capacité de l’OMT à diminuer le temps d’hospitalisation. Compte tenu des dépenses encourues lors de cette pandémie, 1 ou 2 jours en moins en hôpital par personne représentent un gain de coût non négligeable.

Aussi, la baisse du temps d’hospitalisation obtenue avec l’OMT correspond – et dans une poignée de cas s’avère même meilleur – à la baisse induite par d’autres thérapies telles que le tocilizumab, les anticoagulants, la dexaméthasone et les stéroïdes. Seuls le plasma convalescent (3,3 jours) et le remdésivir (5 jours) démontrent de meilleurs résultats convaincants.

Compte tenu du manque d’effets indésirables et du faible coût, l’OMT se révèle ainsi particulièrement utile dans des environnements manquant de ressources, notamment auprès des patients présentant plusieurs comorbidités.

D’un point de vue physiologique, l’OMT pourrait être utile grâce à la capacité des techniques utilisés pour améliorer la respiration, stimuler le système immunitaire, favoriser le drainage lymphatique et donc l’élimination et baisse des cytokines inflammatoires.

La critique Osteopedia

Par Marco Chiera

Forces : bonne présentation de l’étude, représentation et discussion des données ; traitement standardisé et donc reproductible ; utilisation de critères pragmatiques et cliniques ; collecte des commentaires des médecins quant à l’évaluation des patients intéressante, notamment parce qu’on voit comment l’OMT est accepté dans la mesure où cela favorise le contact humain.

Limites : étant donné le résultat considérant l’utilité de l’OMT en cas de comorbidités majeures, la standardisation de l’OMT pourrait avoir sous-estimé une véritable efficacité en cas de traitement personnalisé ; on peine à comprendre ce qu’on évalue puisqu’on ne précise pas la différence entre « effets secondaires » et « évènements indésirables ». Comme le diagnostic d’infection au Sars-Cov-2 n’est pas réalisé sur la base de test en laboratoire, on ne peut être certain que toutes les personnes traitées aient eu le Covid-19.
Il aurait été intéressant d’effectuer une analyse sur les différences de niveaux de ferritine et d’ASAT, puisque d’après plusieurs études et revues, il semblerait que de plus grand niveaux de ce biomarker indiquent une pathologie Covid-19 plus sévère et un plus grand risque d’être admis en soins intensifs, de ventilation mécanique et de mort. Par conséquent, ce facteur pourrait avoir impacté l’obtention de meilleurs résultats avec l’OMT.

Vous êtes ostéopathe?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Ecole ou organisme de formation?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Vous souhaitez devenir ostéopathe? Êtes-vous étudiant?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant