Gerard A Baltazar, Christine Kolwitz, Patrizio Petrone, Adam Stretto, D'Andrea Giuseppe | Année 2020

Le traitement manipulateur ostéopathique soulage les symptômes post-commotion cérébrale en cas de traumatisme

Pathologie:

Commotion cérébrale

Type d'étude:

Étude de cas

Date de publication de la recherche:

18-03-2020

Image

But de l'étude

  • Objectif : reporter l’effet du traitement manipulateur ostéopathique (OMT) sur les symptômes post-commotion cérébrale suite à un accident de la route (MVC)
  • Critères d’évaluation mesurés : changement des symptômes

Intervenants

  • Nombre: 1
  • Description : femme âgée de 66 ans sans aucun antécédent médical significatif. Après un MVC à grande vitesse, elle se présente avec une fracture de l’os temporal squameux gauche étendue au sinus sphénoïdal, avec une hémorragie intrasinusienne ainsi qu’une pneumocéphalie minime, une fracture du sinus frontal droit étendue au toit orbitaire droit, hématome frontal gauche du cuir chevelu, lacération supraorbitaire gauche et fracture non déplacée de la clavicule gauche. La tomodensitométrie ne montre aucune hémorragie intracrânienne. 2 jours après réception de la thérapie pour le contrôle de la douleur, physiothérapie, bandage de la fracture claviculaire et réparation de la lacération, elle sort dans un état stable. Lors de la visite de contrôle 9 jours, elle communique une douleur à la zone pariétale gauche, au cou et à l’épaule, une agitation, insomnie et anhédonie.En contrepartie d’une visite orthopédique et neurochirurgicale, on lui prescrit des antalgiques et une attente vigilante. Au bout de 5 semaines, la patiente entre en clinique de traumatologie témoignant d’une aggravation des maux de tête dans les régions occipitale, temporale et pariétale gauche ainsi qu’une diminution persistante de la capacité à réaliser les activités quotidiennes. L’évaluation structurelle ostéopathique rencontre une compression synchondrose sphénobasilaire et à l’occipito-mastoïdien gauche, une rotation externe de l’os temporal gauche, une compression frontale bilatérale, une impulsion rythmique crânienne plus basse et des spasmes musculaires sous-occipitaux. Quand quand elle se présente pour le premier OMT deux semaines plus tard, elle fait part de céphalées plus sévères, couplées à une aggravation de la douleur au cou et des perturbations de la concentration et du sommeil.

Interventions et évaluations

  • Plusieurs sessions mensuelles d’OMT de 35-45 minutes
  • OMT destiné au crâne, cervical et membres supérieurs, et dans un second temps consacré au corps entier en vue de rétablir l’alignement, le mouvement des fluides et la mobilité cervicale et des tissus des fascias.
    • Techniques principales utilisées : relâchement myofascial, équilibrage ligamentaire, inhibition musculaire, techniques crâniennes, soulèvement des côtes, mobilisation diaphragmatique, libération durale de Fulford
    • On évite les techniques « agressives » (ex : thrust)
  • On n’utilise pas d’autres thérapies complémentaires ou alternatives

Résultats

A la suite de la première session, la douleur et la mobilité du cou, tête et membre supérieur gauche s’améliorent immédiatement. Les douleurs au cou et à la tête cessent le jour suivant pour la première fois depuis l’accident. La qualité du sommeil s’améliore et la consommation d’analgésiques régresse. Au cours de la visite suivante, 1 mois plus tard, elle remarque un obscurcissement du champ visuel gauche, en association à une paresthésie périauriculaire, un étourdissement (dizziness) et une légère douleur à la tempe gauche entre les sutures frontales et du sphénoïde. L’OMT favorise un soulagement immédiat de tous ces symptômes, ainsi la patiente peut de nouveau conduire.

Au bout d’un mois, le flou du champ visuel et la douleur à la tempe sont encore présents, bien qu’allégés. L’OMT crânien induit une telle amélioration des symptômes qu’il permet un retour à une activité athlétique et la conduite. Les sessions suivante d’OMT, concentrées sur un rééquilibre général du corps et du crâne, appuient d’ultérieures améliorations au niveau visuel. On ne constate pas d’effets indésirables liés à l’OMT.

Commentaires

L’OMT montre des effets positifs sur les symptômes post-commotion cérébrale et n’entraîne aucun type d’effet adverse. En accord avec d’autres cas rapportés dans la littérature, l’OMT semble efficace et sûr en cas de commotion cérébrale.
Il manque néanmoins la définition d’une approche spécifique dans ces situations, même si très probablement chaque cas et conditions nécessitent une approche individualisée. Il manque notamment la définition de quand commencer à traiter et à quelle fréquence (journalière, hebdomadaire, mensuelle).

Par ailleurs, la littérature comporte une lacune que ce soit au niveau de la pathophysiologie sous-jacente aux symptômes post-commotion cérébrale ou des mécanismes pour lesquels l’OMT peut être efficace. Même si on peut dessiner des hypothèses sur la capacité de l’OMT à agir sur les dysfonctions autonomes, sur le système glymphatique et sur les symptômes liés aux restrictions des fascias.

La critique Osteopedia

Par Marco Chiera

Forces : puisque les améliorations se vérifient immédiatement après l’OMT, l’étude penche en faveur de l’utilité effective de l’OMT en cas de commotion cérébrale ; bonne évaluation des limites présentes dans la littérature sur le thème, poussant ainsi à des recherches plus spécifiques des sciences de base et cliniques.

Limites : on ne fait pas usage de tests quantitatifs pour déterminer l’amélioration objective dans le temps.

Vous êtes ostéopathe?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Ecole ou organisme de formation?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Vous souhaitez devenir ostéopathe? Êtes-vous étudiant?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant