Aurélie Lagrange, Damien Decoux, Nathalie Briot, Audrey Hennequin, Bruno Coudert, Isabelle Desmoulins, Aurélie Bertaut | Année 2019

Le traitement manipulateur ostéopathique viscérale réduit la toxicité digestive reportée par le patients induite par la chimiothérapie adjuvante dans le cancer du sein: une étude clinique randomisée contrôlée

Pathologie:

Chimiothérapie post-opératoire pour cancer du sein

Type d'étude:

Essai contrôlé randomisé

Date de publication de la recherche:

01-10-2019

Image

But de l'étude

  • Objectif : déterminer les effets de l’ostéopathie viscérale sur l’incidence de nausée/vomissements chez les femmes opérées pour cancer du sein et soumises à une chimiothérapie comme thérapie adjuvante
  • Critères d’évaluation mesurés:
    • Principal : fréquence des nausées/vomissements d’au moins degré 1 selon le Common Terminology Criteria for Adverse Events v4.0 (CTCAE)
    • Secondaires : fréquence de constipation d’au moins degré 1 selon le CTCAE et la qualité de vie via le questionnaire European Organization for Research and Treatment of Cancer (EORTC QLQ-C30)

Intervenants

  • Nombre: 94 femmes
  • Critères d’inclusion : femmes > 18 ans, opérées pour cancer du sein de stade 1-3, avec résection complète, soumises à 3 cycles de chimiothérapie FEC 100 (5- fluorouracile, épirubicine, cyclophosphamide par voie intraveineuse)
  • Critères d’exclusion : cancer du sein métastatique, chirurgie avec résection incomplète, diagnostic de troubles/maladies digestifs, intolérance au traitement antiémétique
  • Groupes d’étude : deux groupes obtenus par randomisation
    • Groupe 1 : ostéopathie viscérale, 54 femmes (moyenne d’âge 57,5 ans)
      • 5 femmes abandonnent l’étude alors que 13 ne respectent pas au moins un critère d’inclusion/exclusion
    • Groupe 2 : manipulation superficielle, 40 femmes (moyenne d’âge 53,1 ans)
      • 3 femmes abandonnent l’étude tandis que 12 ne respectent pas au moins un critère d’inclusion/exclusion

Interventions et évaluations

  • Évaluation de nausée/vomissements et constipation selon le CTCAE pendant 9 semaines (la durée des 3 cycles de chimiothérapie)
  • Évaluation de la qualité de vie par EORTC QLQ-C30 au moment de l’inclusion et après chaque cycle de chimiothérapie
    • Scores par rapport à l’état de santé général, nausée/vomissements et symptômes intestinaux/constipation et diarrhée
  • Évaluation des médicaments ingérés
  • Toutes les femmes reçoivent un traitement antiémétique prophylactique
    • Aprépitant, ondansétron par voie intraveineuse, méthylprednisolone par voie intraveineuse, pilule de métoclopramide, pilule de alprazolam
  • 3 sessions d’ostéopathie viscérale ou manipulation superficielle de 15 minutes, 1 après chaque cycle de chimiothérapie
  • Ostéopathie viscérale : relâchement du fascia profond thoracique et du diaphragme par compressions thoraciques
  • Manipulation superficielle : massage superficielle sans agir sur le fascia profond ou les structures abdominales (les compressions sont moins fortes pour éviter de stimuler le diaphragme ou les muscles intercostaux)
  • Ostéopathie viscérale exécutée par un seul ostéopathe certifié

Résultats

  • Critère d’évaluation principal : le groupe OMT reporte un taux d’épisode de nausée/vomissements d’au moins degré 1 de 80,4%, alors que le groupe contrôle un taux de 87,2% mais cette différence ne résulte pas statistiquement significative. Le résultat est le même en excluant les femmes qui ne remplissent pas les critères d’inclusion/exclusion.
  • Critères d’évaluation secondaires : le groupe OMT rapporte un taux d’épisodes de nausée/vomissements d’au moins degré 1 de 47,1% alors que le groupe témoin un taux de 61,5% mais cette différence ne s’avère pas statistiquement significative. Le résultat est le même en excluant les femmes qui ne remplissent pas les critères d’inclusion/exclusion. En ce qui concerne la qualité de vie, le score concernant l’état de santé général demeure constant tout au long de l’étude et similaire dans chaque groupe. Le score quant à la nausée et les vomissements s’améliore de façon statistiquement significative à mesure que l’étude avance dans chaque groupe. Le score relatif à la constipation et diarrhée se révèle supérieur dans le groupe contrôle par rapport au groupe ostéopathie viscérale de façon statistiquement significative, indiquant de ce fait une meilleure action de l’ostéopathie viscérale.
  • Analyses ultérieures : on ne note pas de différence statistiquement significative dans la consommation de médicaments pour traiter la constipation ou bien la diarrhée entre les deux groupes, bien que le groupe contrôle témoigne d’une tendance à utiliser un plus grand nombre de médicaments contre la constipation.

Commentaires

Le taux de nausée/vomissements communiqué dans l’étude est particulièrement élevé malgré le traitement prophylactique antiémétique (la majorité est tout de même de degré 1, soit aversion alimentaire), et l’ostéopathie viscérale ne se caractérise pas par une réduction importante de ces épisodes. De la même façon, l’ostéopathie viscérale ne semble pas améliorer la qualité de vie en matière de nausée/vomissements.

Toutefois, concernant la constipation bien que l’ostéopathie viscérale n’induise pas une diminution significative des épisodes, elle améliore tout de même la qualité de vie liée à cette première comparativement à la manipulation superficielle (et effectivement ce groupe a principalement recours aux médicaments laxatifs).

Le résultat actuel contraste avec d’autres résultats antérieurs sur l’utilité du massage et de l’ostéopathie viscérale dans la baisse de la nausée en cas de chimiothérapie : cependant, une série de différence (manque de description de la chimiothérapie utilisée, divers types de tumeurs, traitement différent), empêchent une comparaison adéquate entre les études.
Il faut des études plus grandes avec une meilleure randomisation, impliquant également plus d’ostéopathes et évaluant plus amplement l’ostéopathie viscérale.

La critique Osteopedia

Par Marco Chiera

Forces: calcul de la taille de l’échantillon (combien de personne inclure dans l’étude) sur la base du taux prévu de nausée/vomissement et considérant un taux d’abandon de 10% ; description du critère d’évaluation principal et de ceux secondaires ; analyses statistiques aussi bien selon l’analyse de l’intention de traiter (intention-to-treat ; on inclut toutes les personnes dans l’analyse) que per-protocol (on exclut les personnes qui ne rentrent pas dans les critères d’inclusion/exclusion) ; évaluation et analyse des médicaments pris en concomitance avec le traitement ; discussion approfondie sur divers aspects de l’étude.

Limites : la randomisation peut être mieux réalisée en apportant aux deux groupes le même nombre ; absence de description précise de l’ostéopathie viscérale réalisée, ce qui ne permet pas de la distinguer correctement de la manipulation superficielle, ni de comprendre s’il s’agit d’un traitement approprié.

Vous êtes ostéopathe?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Ecole ou organisme de formation?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Vous souhaitez devenir ostéopathe? Êtes-vous étudiant?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant