Damiana Mancini, Matteo Cesari, Christian Lunghi, Augusto Maria Benigni, Raffaele Antonelli Incalzi, Simone Scarlata | Année 2019

Evaluation échographique de la mobilité et de la contractibilité diaphragmatique après les techniques manipulatrices de l’ostéopathie chez des volontaires saines

Portée:

Diaphragme

Type d'étude:

Essai contrôlé randomisé

Date de publication de la recherche:

01-01-2019

Image

But de l'étude

  • Objectif : évaluer les effets du traitement manipulateur ostéopathique (OMT) sur le mouvement et l’épaisseur du diaphragme chez les sujets sains
  • Critères d’évaluation mesurés:
    • Principaux : changement de l’excursion (mouvement) et de l’épaisseur (contractilité) du diaphragme par l’intermédiaire d’ultrasons
    • Secondaires : résolution d’une éventuelle dysfonction somatique diaphragmatique

Intervenants

  • Nombre : 66 personnes (34 femmes et 32 hommes)
  • Critères d’inclusion : adultes sains asymptomatiques, absence de douleur chronique ou de symptomatologie aiguë au cours des dernières 72heures avant l’intervention, aucune pathologie diagnostiquée
  • Critères d’exclusion : grossesse, allaitement, diagnostic de pathologie, traitement pharmacologique chronique, antécédents médicaux de chirurgie abdominale, OMT réalisé pendant la semaine précédente
  • Groupes d’études : trois groupes obtenus par randomisation
  • Groupe 1 : OMT, 22 personnes (10 femmes et 12 hommes, moyenne d’âge 41,9 ans)
    • originairement chez 23 personnes, 1 est exclue parce qu’elle ne tollère pas l’évaluation ostéopathique
  • Groupe 2: traitement fictif (sham), 22 personnes (11 femmes et 11 hommes, moyenne d’âge 37,7 ans)
  • Groupe 3 : contrôle, 22 personnes (13 femmes et 9 hommes, moyenne d’âge 41,7 ans)
    • plus de la moitié des personnes est sédentaire et environ un quart des personnes est fumeur

Interventions et évaluations

  • Évaluation avant et après intervention du mouvement et de l’épaisseur (liée à la contractilité) du diaphragme par ultrasons :
    • on mesure tous les critères d’évaluation par respirations profondes
  • Évaluation ostéopathique de la partie droite du diaphragme et des structures annexes avant et après l’intervention
    • dans l’évaluation pré-intervention le but est d’évaluer la dysfonction somatique au niveau du diaphragme
    • dans l’évaluation post-intervention le but est d’évaluer la dysfonction somatique en donnant un score, en rapport avec le changement perçu, allant de 1 (« dysfonction somatique fortement aggravée ») à 6 (« dysfonction somatique complètement normalisée »)
  • Collecte de données dont le sexe, âge, IMC, tabagisme, activité physique pratiquée, type de travail (sédentaire ou non)
  • 1 session d’OMT uniquement, traitement sham ou contrôle de la durée de 30 minutes
  • OMT : traitement des piliers du diaphragme et techniques indirectes sur les coupoles diaphragmatiques, en donnant comme instructions d’inspirer profondément et de relâcher tout l’air des poumons
  • Traitement sham : traitement fictif défini par un toucher léger sur la zone thoracique et sous-costale que l’on alterne avec des inspirations profondes, sans intention thérapeutique
  • Contrôle : personne allongée sur le lit et simplement observée (attente)
  • OMT réalisé par un ostéopathe pratiquant sous la supervision d’un ostéopathe expérimenté

Résultats

  • Critères d’évaluation principaux : par rapport à l’évaluation prétraitement, l’OMT induit une plus grande excursion diaphragmatique (en moyenne, allant de 68mm à 82,5mm) de façon statistiquement significative. Cette augmentation du mouvement diaphragmatique s’avère statistiquement significative également en lien avec les deux interventions comparatives. Ces dernières voient, quant à elles, le mouvement diaphragmatique rester stable voire décroître.
    En revanche, par rapport à l’épaisseur du diaphragme on ne note aucune différence que ce soit avant ou après les traitements ou encore en confrontant les différentes interventions entre elles.
  • Analyses ultérieures : les analyses relatives aux données démographiques récoltées relèvent que, comme dans le groupe OMT, l’excursion diaphragmatique est influencée négativement par le fait d’avoir une activité sédentaire et surtout d’être fumeur (dans ce cas, l’excursion diaphragmatique croît seulement de 7mm et d’une manière n’étant pas statistiquement significative).
    En somme, l’augmentation de l’excursion diaphragmatique la relie de manière très linéaire à la résolution de la dysfonction somatique (autrement dit, plus la dysfonction somatique est normalisée, plus le mouvement du diaphragme croît).

Commentaires

Par rapport au traitement sham et au groupe contrôle, l’OMT induit une hausse remarquable du mouvement du diaphragme.

Le recours au traitement sham pourrait permettre d’exclure que l’effet de l’OMT soit uniquement dû à un effet placebo et pourrait au contraire valoriser l’utilité spécifique des techniques ostéopathiques.

L’analyse des données démographiques montre comment le tabagisme et le fait d’occuper une activité professionnelle sédentaire peuvent rendre les personnes moins « sensibles » à l’OMT : ces personnes peuvent ainsi avoir besoin de plus de sessions de traitement en vue d’un résultat majeur.
Ces résultats encouragent de futures études où l’OMT peut être réalisé sur des catégories spécifiques de personnes (ex : athlètes, chanteurs) qui ont besoin de contrôler finement leur respiration. Aussi, évaluer les effets de l’OMT sur le diaphragme chez les personnes âgées où ce muscle tend à s’affaiblir pourrait apporter d’intéressants résultats.

Au niveau pratique, la corrélation entre excursion diaphragmatique et résolution de la dysfonction somatique souligne l’importance d’évaluer à travers la palpation l’état du diaphragme.
Le manque d’effet sur l’épaisseur du diaphragme, et donc sur sa contractilité, est probablement dû au fait qu’il est très difficile qu’une session OMT puisse effectivement influencer cette caractéristique : il faut donc des études sur le long terme.
Au cours de futures études, il serait intéressant d’évaluer le diaphragme dans son intégralité (aussi la partie de droite) ainsi que le volume respiratoire pulmonaire avant et après OMT.

La critique Osteopedia

Par Marco Chiera

Forces : calcul de la taille de l’échantillon (combien de personnes inclure dans cette étude) par le biais d’études sur le mouvement du diaphragme ; utilisation de plusieurs groupes de contrôle ; l’analyse de l’excursion diaphragmatique par rapport aux données démographiques dénote l’importance d’évaluer le style de vie des personnes, ce qui peut favoriser ou contraster les effets de l’OMT.

Limites : étude effectuée sur des sujets sains ; absence d’évaluation plus « lointaine » d’un point de vue temporel (ex : 1 heure après, 1 jour après) ; recours uniquement aux techniques individuelles et non à un OMT individualisé.

Vous êtes ostéopathe?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Ecole ou organisme de formation?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant

Vous souhaitez devenir ostéopathe? Êtes-vous étudiant?

Inscrivez-vous et profitez des avantages de l'adhésion. Créez votre profil public et publiez vos études. C'est gratuit!

S'inscrire maintenant